L’économie Minganoise part en fumée

L’AGAM s’inquiète de la stratégie de la SOPFEU

Havre-St-Pierre 17 juillet 2013
thumbnail

L’AGAM s’inquiète de la stratégie de la SOPFEU, relativement aux feux de forêt actifs sur le territoire minganois. Déjà plusieurs pourvoiries, avec installations et chalets attenants, ont déjà été touchées par les incendies et rien ne laisse présager que cette portion importante de l’économie minganoise devienne une priorité au cours des prochains jours.

Alors que l’accent est mis, depuis plus de 4 ans, sur les emplois dans le domaine de la construction et des chantiers, l’AGAM rappelle au Gouvernement du Québec et à la SOPFEU que le secteur touristique lié aux pourvoiries en milieu forestier constitue l’un des piliers de l’économie minganoise. Hors, la stratégie nationale de lutte contre les feux de forêts priorise avec raison les habitations et villages, de même que le bois à haute valeur commerciale.

Toutefois, la forêt implantée sur la partie Nord du territoire minganois est considéré avoir une valeur commerciale limitée, même s’il est situé au Sud du 52ème parallèle (zone d’intervention de la SOPFEU). L’AGAM considère que certains récents incendies forestiers, qui auraient pu être maîtrisés facilement lors des premières heures d’évolution, ont été laissés à eux-mêmes et mettent aujourd’hui en péril le patrimoine forestier et touristique.

Qui plus est, les feux de forêts en Minganie menacent aujourd’hui le chantier Romaine, lequel est en état d’alerte depuis plusieurs jours. En somme, non seulement plusieurs pourvoiries sont actuellement réduites en cendres, mais il se pourrait aussi que les grands chantiers soient immobilisés suite aux feux de forêt qui sévissent dans la région.

L’AGAM comprend parfaitement que la SOPFEU est une organisation à but non-lucratif financée en partie par les compagnies forestières. Cependant, à titre de région-ressource, l’AGAM rappelle aux dirigeants, qu’ils soient élus provinciaux ou gestionnaires à la SOPFEU, que l’actuel carnage sévissant dans les forêts minganoises est appelé, si rien n’est fait, à causer des pertes irrémédiables à l’économie de la région.

Source et information : Guy Bouchard, chargé de projet, AGAM Tél : 418 553-9008; courriel : conradguyb@hotmail.com