L’AGAM demande aux candidats de préciser leurs engagements en matière d’économie

Élections provinciales du 7 avril

Havre-St-Pierre 24 mars 2014
thumbnail

Dans le contexte de précarité et d’incertitude qui touche actuellement les entreprises de Minganie, l’AGAM demande aux candidats des principaux partis de préciser leurs engagements en matière de développement économique.

Dans un premier temps, l’AGAM tient à être bien comprise : il faut que l’action concertée dans la région assure à la fois un développement social, le respect de l’environnement et le développement économique. Pour l’AGAM, il s’agit de trois facettes d’une même réalité. Toutefois, on constate que les candidats des principaux partis pour le comté de Duplessis, s’ils semblent être capables de préciser leurs engagements en matière de qualité de vie, deviennent plus flous quand ils traitent de développement économique.

Pour l’AGAM, la situation est grave et pourrait devenir critique à moyen terme si le Gouvernement n’intervient pas de manière concrète et efficace. Selon Joël Malec, président de l’AGAM « le chantier Romaine a bien entendu généré des retombées, mais rien de structurant pour la région. Quand cet apport va disparaître, la région risque de connaître des difficultés encore plus importantes. »

Ainsi, l’AGAM demande aux candidats dans le comté de Duplessis de déposer dans les plus brefs délais leurs engagements concrets en matière de développement économique. Pour M. Malec, « il ne faut pas mélanger les cibles. Oui, il faut une piscine, oui on doit s’occuper de la santé, de l’éducation et des aspects sociaux… mais tout cela ne servira strictement à rien si les gens n’ont pas d’emplois et qu’ils quittent la région, à l’image de ce qui s’est passé non-stop entre 1980 et 2009 ».

Surtout, l’AGAM demande aux différents candidats de se prononcer pour des mesures structurantes. Joël Malec précise sa pensée en expliquant que « un chantier, c’est bien beau mais ça ne génère des retombées que le temps que dure le chantier. Ce qu’il faut en Minganie, c’est des projets structurants procurant à la région des emplois durables, des emplois de qualité. »

Le mot clé est désormais « développement structurant ». Le président de l’AGAM conclut en affirmant « Avec le projet Romaine, on a vu au développement structurant du Québec tout en procurant des retombées limitées et à court terme pour la Minganie; ce qu’il nous faut, c’est des projets qui procurent un développement structurant pour la Minganie, projets qui enrichiront par ricochet le Québec. »

Source et information : Guy Bouchard, chargé de projet, AGAM Tél : 418 553-9008; courriel : conradguyb@hotmail.com